L’enseignement du malade

Argument…

Un rapport de plus de 15 ans entre un médecin et un cinéaste, a permis de développer une dizaine de longs métrages sur la force des groupes hétérogènes, sur le rapport soignant-soigné, sur le vécu du malade atteint d’une affection chronique, sur la sérendipité en clinique, sur les identités médicales, etc.
Cependant nous pouvons nous étonner du peu de débats suscités chez les spectateurs de ces vidéos et sur les messages cliniques sous-jacents. La passivité des spectateurs est probablement liée à l’excès d’information à la télévision et sur Internet, avec comme conséquence un appauvrissement de la clinique et du rapport soignant-soigné.

Le film : Eclats – 3 essais de pédagogie médicale

Synopsis

Selon Jean-Phillippe Assal, médecin, la nécessaire éducation du « malade à bien gérer le traitement de son affection » n’est devenue qu’une simple information sur la maladie. Le soignant, répétant sans cesse un message stéréotypé, s’éloigne de son patient et s’épuise…
En apprenant à se soigner, le patient retrouve sa place dans la vie sociale, renoue avec ses divers entourages, familiaux, amicaux, professionnels…

Dans une métaphore étonnante, Jean-Philippe Assal retrouve l’enchevêtrement de tous ces rythmes dans la « Sérénissimme »… Venise! Et en trois tableaux.

Le bois. Dans un atelier de gondoles, il découvre le façonnage de la « Forcola », pièce de bois qui supporte la rame. Dans le lent travail d’approche de l’artisan sur un bois dur et rétif, il voit s’établir la relation soignant-soigné, fruit d’une formation de base solide et d’années d’une humble pratique…

Le verre. Partant du sable inerte, ajoutant l’énergie du feu et son savoir-faire, la maître-verrier en tirera une pâte qu’il façonnera à sa guise. La fabrication de pièces complexes donnera lieu à un véritable ballet de professionnels travaillant en harmonie. Jean-Philippe Assal y voit la coordination indispensable entre patient, famille, aidant et équipe médicale pour redonner au patient un minimum d’autonomie.

Rythmes. Les organismes vivants sont le siège de multiples rythmes harmonieux qu’une maladie viendra perturber. L’intervention thérapeutique imposera de nouveaux rythmes, étrangers au patient qui peut alors perdre pied…
La pédagogie, c’est trouver un rythme commun dans une relation bienveillante.
Là encore, pour Philippe Assal, Venise est l’archétype de la convergence d’une multitude de rythmes  qui font toute la magie de cette ville…

Les intervenants

  • Jean-Philippe Assal, Médecin, ancien Médecin-chef de service et professeur de médecine. Professeur de Médecine interne, Département de Médecine interne, Hôpital Cantonal Universitaire, Genève. Expert en diabétologie de l’OMS. Président de la Fondation recherche et formation pour l’enseignement du malade, Genève.
  • Tiziana Assal, historienne de l’art,
  • Olivier Horn, auteur-réalisateur, professeur associé sciences et techniques,
  • Philippe Barrier, philisophe, docteur en sciences de l’éducation et patient chronique (suite…).

Bibliographie conseillée

  • Jean-Philippe Assal, L’éducation thérapeutique des patients, Maloine,
  • Jean-Philippe Assal, Marc Durand et Olivier Horn, Le théâtre du vécu, Ed. RAison et passions,
  • Philippe Barrier, Le patient autonome, P.U.F., 2014,
  • Philippe Barrier, La blessure et la force, P.U.F., 2010,
  • Emilie Hermant et Valérie Pihet, Le chemin des possibles, DingDingDong,
  • Céline Lefève, Devenir médecin, P.U.F.
  • Anne Révah-Lévy, Laurence Verneuil, Docteur écoutez !, Albin Michel,
  • Alban Orsini, Merci pour ce diabète, Poche Marabout,
  • Ruszniewski Martine, L’annonce, dire la maladie grave, Dunod,
  • Sacks Oliver, L’homme qui prenait sa femme pour un chapeau, Seuil,
  • Solhdju Katrin, L’épreuve du savoir. Propositions pour une écologie du diagnostic, Les Presses du réel.

Toutes les vidéos de la conférence…

sur la chaîne « Youtube MMC »…

Partager cet article...